Une histoire, un territoire, des hommes et des abeilles...

Un mariage de passions !

Le miel a toujours fait partie du quotidien des habitants des Cévennes.

Longtemps, le miel a été la seule source de sucre sur les tables cévenoles.Depuis des générations, l'apiculture est pratiquée en Cévennes, par des apiculteurs sédentaires, mais également transhumants.

Il suffit de suivre un apiculteur sur son rucher et de voir le soin apporté à ses abeilles pour comprendre que ces dernières n'ont rien à voir avec le commun des insectes...

L'attention liée à la recherche des emplacements où les abeilles butineront, pour favoriser l'obtention d'un miel goûteux et typique, de cru ou polyfloral, reflète là encore très concrètement la passion des exploitants apicoles pour leur métier.

L'apiculture nécessite une grande technicité, souvent méconnue du grand public.

Tout au long du cheminement du miel, de la ruche à la table, les apiculteurs doivent mettre en oeuvre de multiples compétences et faire preuve de rigueur afin de garantir la qualité de leur produit.

Au final, la qualité du travail réalisé se retrouve dans l'éventail des arômes souvent insoupçonnés qui réjouiront les amateurs de produits à forte identité gustative.

 

A l'origine, en Cévennes, chaque foyer possédait en général un rucher, composé de ruches-troncs.

Aujourd'hui, les apiculteurs utilisent des ruches à cadres qui facilitent l’élevage des abeilles, la récolte du miel, de même que la transhumance.
Cette pratique qui consiste à déménager un rucher en fonction des conditions climatiques, de la saison, du type de miellée recherchée...
Les ruches à cadres ont peu à peu remplacé les ruches-troncs, permettant à l'apiculture de devenir une production agricole à part entière, après un déclin lié à la déprise rurale des Cévennes.

La ruche-tronc est un tronc de châtaignier creusé et recouvert d’une lourde pierre plate appelée lauze. Ces ruches-troncs étaient appelées brusc en patois cévenol et bourniou en occitan.

 

Please publish modules in offcanvas position.